Chargement...
 

La vie d'autiste

L'écholalie

Isabelle Faguy Jeudi septembre 13, 2018

Dernièrement, plusieurs personnes autour de moi me posent des questions sur l'écholalie.  Alors voici quelques réponses à leurs questions. 

Qu'est-ce que l'écholalie?

Définition de Wikipédia : "L’écholalie est une tendance spontanée à répéter systématiquement tout ou une partie des phrases, habituellement de l'interlocuteur, en guise de réponse verbale."

D'après mon expérience très personnelle de la chose, l'écholalie a plusieurs facettes :

  1. Je répéte (tout haut si je suis très fatiguée, mais le plus souvent dans ma tête) ce que la personne avec qui je converse vient de me dire. (écholalie immédiate)
  2. Je peux répéter continuellement, parfois toute une journée durant, une même phrase ou un même mot. 
  3. Je peux répéter une phrase que j'ai lue ou entendue, en guise de réponse à une question qui m'est posée, ou bien simplement pour entretenir la conversation. (écholalie différée)

 

Une définition par Laina Eartharcher, une autre adulte autiste :

"Echolalia – this refers to the unsolicited repeating of words, phrases, or sounds.  There are two main types: immediate (words/phrases repeated right after they’re said) and delayed (repeated after a time delay of minutes, hours, or even days).  Personal example: sometimes, I’ll be thinking back over a previous conversation that induced stress, and I’ll start repeating words (either mine or the other person’s) out loud, before I realize I’m doing it.  Other excellent examples can be found here."

Pourquoi les autistes font de l'écholalie?

Ici, je ne peux répondre que pour moi.  Pour savoir pourquoi les autres autistes font de l'écholalie, il faudrait demander à chacun d'eux.  Mais plusieurs autres adultes autistes m'ont dit, ou ont écrit dans leurs livres et blogues, faire de l'écholalie pour les mêmes raisons que moi. 

  1. Je répète ce que la personne vient de me dire pour m'aider à comprendre ce qu'elle dit.  L'interprétation du langage verbal est une tâche très difficile pour moi.  Dans ma tête à moi, il n'y a pas de mots, je ne pense pas en mots.  Je dois donc continuellement convertir les mots que j'ai entendus en pensées avant de pouvoir en comprendre le sens.  Lorsque je t'écoute me parler, j'entends des sons.  Je remarque tout plein de détails : le débit de ta voix, le ton de ta voix, le son exact de chacun des sons que tu utilises (les phonèmes), le rythme mélodique, etc.  Mais je ne sais toujours pas ce que tu m'as dit.  Je n'ai entendu qu'une suite de sons, sans aucune signification particulière.  Pour en comprendre le sens, j'ai besoin de me rejouer la mélodie que je viens d'entendre, souvent à plusieurs reprises. 
  2. Je répète une phrase ou un mot, voire un mot inventé sans signification particulière, parce que ça me calme.  Ou bien parce que ça me permet tout simplement d'arriver à supporter le moment, la journée.  Autrement dit, c'est alors une forme de "stimming" (mouvements stéréotypés qui permettent à l'autiste de contrer ses difficultés sensorielles et émotionnelles).  Je fais ça très souvent, mais j'ai appris très vite que c'était mieux de le faire dans ma tête parce que c'est socialement inacceptable.  Mais si je suis seule dans un endroit où je me sens en sécurité, on pourra me surprendre en train de faire de l'écholalie tout haut, parfois même très fort. 
  3. Il m'est tout aussi difficile de convertir ma pensée en mots que de comprendre ce que les autres me disent.  Alors assez souvent j'ai recours à des phrases que j'ai lues ou entendues pour "m'en sortir", pour arriver à répondre à mon interlocuteur dans un délais raisonnable.  C'est une des raisons pourquoi je préfère la communication écrite: je peux prendre tout le temps qu'il faut pour convertir ma pensée en mots et je peux apporter des corrections avant d'envoyer le message à mon interlocuteur.  Parfois, j'utiliserai bien plus qu'une phrase, j'utiliserai un "script" complet.  Par exemple, j'ai un script pour quand une personne veut savoir ce que je fais dans la vie.  Ce script comprend une réponse courte initiale, et plusieurs autres réponses au cas où la personne veuille pousser plus loin son enquête.  J'ai des centaines de scripts en mémoire, pour toutes sortes de situations.  C'est une des raisons pour lesquelles je déteste les imprévus, les nouveaux milieux, les nouvelles personnes : je n'ai pas de script prêt ou bien je n'ai pas eu le temps de me préparer (trouver un script adapté à la personne/situation dans ma banque de scripts).