Chargement...
 

La vie d'autiste

Eux et nous...

Isabelle Faguy Dimanche septembre 23, 2018

Cette semaine, j'ai assisté à une présentation par un organisme communautaire, au sujet des maladies mentales.  Je suis certaine que les personnes qui ont préparé et animé la présentation l'ont fait avec les meilleurs sentiments.  D'ailleurs, j'ai discuté avec ces personnes après la présentation et j'ai pu constater leurs bonnes intentions. 

Pourtant, tout au long de la présentation je ressentais un malaise, qui empirait sans cesse.  Jusqu'à ce que je comprenne ce qui m'agaçait.  L'autiste que je suis a une facilité déconcertante à repérer les "patterns" partout, y compris dans le langage.  Parfois c'est extrêment utile, d'autres fois c'est écoeurant.  J'avais repéré un "pattern" de langage dans les paroles des animateurs : "eux", "nous", "ces gens-là", "ce monde-là", etc. 

Le langage des animateurs me faisait percevoir qu'ils se considéraient "dans une classe à part", une classe "au-dessus", "mieux", ou en tout cas "acceptable", "correcte", par opposition à la classe des "malades mentaux", des "anormaux". 

J'ai souvent ressenti ce malaise auparavant, en écoutant parler des intervenants, des infirmiers, des médecins,  quand j'attendais mon tour au CLSC, ou à l'hôpital.  Eux aussi parlaient "d'eux" et de "nous".  Comme si leurs clients / patients / usagers n'étaient pas des êtres humains, comme si c'étaient une autre sorte d'êtres (mais laquelle?).  Chaque fois, je me sentais très mal, car après tout, j'étais définitivement du clan des "eux", des "anormaux".  Mais je n'avais jamais ressenti le malaise du "eux/nous" aussi fortement que durant la présentation.  J'ai voulu comprendre pourquoi, j'ai réfléchi beaucoup, analysé mes émotions.  Et j'ai trouvé. 

Présentement, j'étudie pour devenir éducatrice spécialisée.  Quel est mon clan maintenant : "eux", "nous"?  Je suis définitivement totalement "eux", totalement autiste.  Je suis définitivement en voie de devenir une "nous", une éducatrice spécialisée tout à fait compétente.  Je suis "eux" ET "nous. 

Si je devais moi-même animer cette présentation, ou toute autre présentation sur le sujet de la maladie mentale, quel genre de vocabulaire pourrais-je utiliser?  Comment arriver à éviter le piège du eux/nous?  J'ai ré-écouté la présentation plusieurs fois (dans ma tête, à partir de l'enregistrement dans mon cerveau).  Je me suis demandé comment j'aurais reformulée chacune des phrases où l'un des animateurs utilisait le "eux" ou le "nous".  Je me suis vite rendu compte qu'en fait il était impossible de reformuler ces phrases : il fallait complètement changer d'attitude, de paradigme.  Je n'ai toujours pas réussi à reformuler la présentation d'une manière qui n'oppose pas le "eux" et le "nous".  ll faut dire que je n'ai pas eu beaucoup de temps pour y réfléchir, c'est ajouté sur ma pile de "choses à faire à un moment donné"...