Chargement...
 

La vie d'autiste

Les aspirations...

Isabelle Faguy Dimanche décembre 30, 2018

Si vous demandez à n'importe quelle personne qui me connait depuis au moins 10 ans, elle vous dira que "je n'ai jamais été aussi démunie", que je n'ai jamais été aussi pauvre, que je n'ai jamais connu une telle insécurité, etc. 

Pourtant, je me sens plus "riche", plus en sécurité, plus privilégiée que jamais auparavant. 

Pourquoi cette différence de points de vue d'une même situation?  Parce que mes aspirations ne sont pas celles des personnes "normales". 

Les personnes "normales", pour se sentir en sécurité, ont besoin de posséder beaucoup de biens matériels : argent, objets, maison, etc. 

Pour me sentir en sécurité, j'ai besoin de savoir que j'ai un endroit bien à moi (ma chambre) où je peux me retirer quand je suis épuisée.  J'ai aussi besoin d'être entourée de gens qui sont bienveillants envers moi.  Et bien sûr, j'ai besoin de savoir que j'ai une source de revenu moyennement fiable et au moins un plan de rechange.  Je n'ai pas besoin d'avoir mes propres laveuse, sécheuse, réfrigérateur, douche, toilette, etc. pour me sentir riche.  Je me sens tout à fait choyée avec les biens partagés ici. 

Il est vrai que j'ai acheté un petit frigo après avoir utilisé les frigos partagés pendant 1 an et demi.  Il y a deux raisons : je suis déménagée dans un pavillon où il y a des vols de nourriture dans les frigos partagés, et les colocataires ici sont vraiment peu portés sur l'hygiène... 

Mes aspirations, ambitions, buts, rêves, ne correspondent pas du tout à la "normalité", à ce que la société valorise.  Ce dont j'ai besoin, ce dont je rêve, en gros je l'ai ici et maintenant.  Ma plus grande peur, c'est le moment où je devrai quitter ce milieu de vie, qu'aucun des adultes de mon entourage ne voudrait avoir pour milieu de vie.  Mon plus grand rêve, ce serait de reproduire ce genre de milieu de vie.  Mes besoins sont très limités, faciles à combler.  Le marketing n'a pas d'emprise sur moi, j'achète ce dont j'ai besoin et j'achète vraiment peu.  Au moins un quart des objets que je possède présentement m'ont été donnés.  Au moins la moitié de mes objets a été acheté usagé.  Cela laisse un quart acheté neuf.  Je suis tout à fait heureuse avec ces objets usagés, je n'envie pas les objets neufs, récents, "à la mode" des autres.  Les objets que je possède répondent à mes besoins, ils font ce que j'ai besoin qu'ils fassent.